Le pôle « Objets Photographiques » du CRCC a pour mission de développer les connaissances sur les procédés photographiques anciens, les matériaux et leur stabilité, et de participer par ses recherches sur les conditions de conservation à long terme des collections, à la protection du patrimoine photographique.

Présentation

Les collections photographiques sont constituées de documents très divers, témoins de notre histoire depuis plus de 180 ans. Elles comprennent des images documentaires et artistiques conservées aussi bien dans les institutions publiques et privées (musées, archives et industries), que chez les collectionneurs particuliers. Elles regroupent une grande diversité de matériaux (métaux, polymères, verres, pigments, sels métalliques, etc.) issue d’une multitude de procédés photographiques et de supports de l’image. Les photographies sont sensibles aux conditions environnementales de conservation qui peuvent induire l’altération, plus ou moins partielle, de l’image ou du support sur des échelles de temps variables.

L’objet des recherches se situe sur :

  • l’identification des matériaux qui constituent les photographies et les procédés mis en œuvre,
  • la compréhension des phénomènes physico-chimiques en jeu dans les procédés photographiques,
  • l’évaluation et la compréhension de l’altération des matériaux photographiques afin de contribuer aux développements et adaptations de méthodes de conservation.

Pour cela, nous travaillons sur des systèmes modèles réalisés en laboratoire et sur des photographies anciennes. Nous caractérisons les propriétés physiques et chimiques des constituants des photographies et cherchons à comprendre les mécanismes physico-chimiques de l’altération. L’étude des matériaux photographiques par essence photosensibles, constitue un défi pour l’analyse physico-chimique. C’est pourquoi nous développons des méthodologies d’étude des matériaux photographiques de l’échelle macroscopique à l’échelle sub-microscopique, en faisant appel aux microscopies (optique, électronique) et aux spectroscopies (de rayons X, vibrationnelles).

Depuis le départ à la retraite de Chantal Garnier, ingénieure du Ministère de la Culture, les personnels titulaires qui contribuent à cette activité sont Marie-Angélique Languille et Céline Daher.

Travaux de recherche en cours

1. Les couleurs des images photochromatiques

Nous étudions l’origine des couleurs des images photochromatiques réalisées par Edmond Becquerel en 1848. Celles-ci constituent les premiers essais de photographie couleur. E. Becquerel n’aura néanmoins pas résolu le problème de la stabilité de ces images. Notre approche couple la reproduction du procédé en laboratoire et l’étude des relations propriétés optiques avec les structure et composition des images. Nous avons récemment identifié la nature de la couche image et proposé une origine plasmonique aux couleurs de ces images. Voici ici le communiqué de presse du CNRS suite à nos derniers résultats publiés.

Depuis 2014, nous avons notamment accueilli Saskia Vanpeene ingénieure d’étude sur ce sujet puis, Edouard de Saint Ours alors étudiant à l’école du Louvre, et enfin Théa de Seauve qui a soutenu sa thèse en décembre 2018.

Nous collaborons avec plusieurs laboratoires dont le Laboratoire de Physique des Solides (Orsay), le Laboratoire des Solides Irradiés (Saclay), le synchrotron SOLEIL, l’Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (Paris) et le Centre Victor Basch (Paris).

En décembre 2015, nous avons organisé la journée d'étude « Edmond Becquerel et la naissance de la photographie couleur ». Retrouvez  ici le programme de la journée, ici le livret des résumés ainsi que la captation des conférences ici.

Plus récemment, nous avons contribué au symposium Edmond Becquerel organisé à l’occasion du bicentenaire de sa naissance dont la captation vidéo est disponible ici.

2. Les premiers négatifs papier en France entre 1841 et 1860.

Le procédé du négatif papier est le premier procédé photographique qui a permis de multiplier les tirages à partir d’une même matrice. La France compte plusieurs milliers de ces calotypes dans ses collections patrimoniales. Cette recherche vise à mieux documenter ces calotypes, jusqu’alors peu étudiés du point de vue de leur matérialité, leur genèse, leur provenance et leur conservation. Elle a pour objectif de long terme de corréler les caractéristiques physico-chimiques des négatifs soit à des écoles de praticiens ou à des photographes, soit à une technique de production particulière. Pour cela, nous caractérisons des calotypes historiques en vue d’une classification et des calotypes contemporains réalisés selon les traités historiques.

Nous travaillons en collaboration avec Anne de Mondenard (Musée Carnavalet), Sylvie Aubenas (BnF) et Martin Becka (artiste photographe), et avec nombre d’institutions qui possèdent dans leurs collections des négatifs.

Ce sujet a été l'objet du post-doctorat de Céline Daher en 2016 et 2017, à la fin duquel nous avons organisé la conférence « Négatifs papier français : production, caractérisation, conservation » les 7 et 8 décembre 2017 au Musée de l’Homme à Paris. Vous trouverez ici le livret des résumés et ici la captation vidéo des présentations.

Analyses de service

Nous pouvons effectuer des analyses de photographies exclusivement pour des institutions publiques, principalement pour répondre à une question ciblée de conservation préventive ou curative, ou bien de façon exploratoire en vue de la mise en place d’un projet de recherche en collaboration.

Notre activité d’analyses de service est à ce jour fortement restreinte notamment de par l’absence de personnel dédié. Cependant, n’hésitez à prendre contact avec nous.

Actualités : Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »

Une journée de rencontre dédiée aux problématiques scientifiques de conservation-restauration du patrimoine photographique a été organisée par le Centre de Recherche sur la Conservation avec le soutien du ministère de la Culture. Elle a eu lieu le 5 octobre 2023, au ministère de la Culture, site les Bons-Enfants.

Elle a réuni une trentaine de conservatrices-restauratrices et conservateurs-restaurateurs de photographies, institutionnel.le.s et indépendant.e.s.

Le programme de cette journée est disponible ici.

Un compte-rendu sera publié prochainement.

Image
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration » du 5 octobre 2023.
Crédits
Bertrand Lavédrine, CRC
Image
Image
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration » du 5 octobre 2023
Crédits
Bertrand Lavédrine, CRC
Image
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration » du 5 octobre 2023
Crédits
Bertrand Lavédrine, CRC
Image
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »

Crédits
Marie-Angélique Languille, CRC
Image
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »
Rencontre « Photographies : recherche et conservation-restauration »

Crédits
Bertrand Lavédrine, CRC
Publié le : 11/05/2021 11:11 - Mis à jour le : 08/01/2024 14:30