L’équipe CRCC

Le Centre de recherche sur la conservation des collections est l’héritier du Centre de recherches sur la conservation des documents graphiques, créé en 1963 au Muséum national d’histoire naturelle (Journal officiel, 2 juillet 1963, n° 153). Il s’agissait alors de répondre à la demande formulée par Julien Cain, administrateur de la Bibliothèque nationale, qui voulait trouver un remède aux altérations biologiques qui menaçaient les collections de livres et documents après la guerre. Une équipe était constituée, elle sera dirigée par Françoise Flieder, directeur de recherche au CNRS, jusqu’en 1998, puis par Bertrand Lavédrine (professeur du Mnhn).

Au fil des ans, pour répondre aux demandes croissantes des institutions patrimoniales, l’unité a élargi son champ d’investigation aux objets en cuir, aux photographies, aux films cinématographiques, aux supports magnétiques, aux matériaux synthétiques et aux collections d’histoire naturelle… Ces dernières, utilisées comme supports d'études scientifiques à des fins de recherche, comme témoins de la biodiversité dans le cadre d'études écologiques ou environnementales, ou à des fins culturelles et pédagogiques dans le domaine des sciences de la vie, lorsqu’elles sont mises à la disposition des visiteurs lors d’expositions ou d’autres manifestations de vulgarisation scientifique, n’ont guère été étudiées du point de leur conservation matérielle, il était important que l’équipe s’y consacre activement.


Les recherches menées au sein du CRCC sont finalisées, elles veulent d’abord apporter des réponses et des outils nouveaux à la communauté patrimoniale et aux acteurs de la conservation pour assurer au mieux la préservation du patrimoine culturel, scientifique ou technique. Une partie de ces travaux est d’ailleurs financée par le biais d’appels d’offres, de contrats, de subventions et dotations des institutions culturelles ou patrimoniales intéressées. Néanmoins, pour permettre l’acquisition de savoirs nouveaux ouvrant la voie à des applications identifiées, il est nécessaire d’approfondir des aspects théoriques sur les mécanismes d’altération ou encore de développer des méthodologies analytiques nouvelles qui soient adaptées à la spécificité et aux contraintes des objets patrimoniaux, en prenant en compte les impératifs d’un développement durable.
 

Plan et accès au CRCC