Développement de la microscopie multiphoton et la spectroscopie nanoIR sur les parchemins

L’objectif de ce travail est d’associer des techniques complémentaires, la microscopie multiphoton et la spectroscopie nanoIR, pour une caractérisation physico-chimique multi-échelle du collagène au sein des parchemins. La microscopie optique non-linéaire permet de réaliser une imagerie tri-dimensionnelle et non invasive des matériaux. Elle présente l’avantage de pouvoir combiner plusieurs modes de contraste, dont la fluorescence excitée à deux photons et la génération de second harmonique (SHG). Ce dernier signal provient des structures non-centrosymétriques (ex. cellulose, plâtre, collagène fibrillaire). En complément de cette signature spécifique de l’organisation macro-moléculaire du collagène, nous utilisons une technique de spectroscopie infrarouge à l’échelle nanométrique (nanoIR) parfaitement adaptée à la taille des fibrilles de collagène (quelques dizaines à quelques centaines de nanomètre). La corrélation de l’information morphologique obtenue par microscopie optique non-linéaire à l’information chimique issue des spectres infrarouges permet ainsi de suivre la dégradation du collagène.

Partenaires
•    Gaël Latour, Laboratoire Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie, Université Paris-Sud – Orsay ;
•    Marie-Claire Schanne-Klein, Laboratoire d’Optique et Biosciences, Ecole Polytechnique – Palaiseau ;
•    Ariane Deniset-Besseau et Alexandre Dazzi, Laboratoire de Chimie Physique, Université Paris-Sud – Orsay