Cuir et parchemin

Le cuir et le parchemin sont très présents dans les collections patrimoniales, en premier lieu les archives et bibliothèques comme matériau de couverture ou en tant que support d’écriture d’ouvrages et manuscrits médiévaux. On les trouve également dans les musées témoignant ainsi des usages à des fins vestimentaires, décoratives ou rituelles, tels que costumes, instruments de musiques, tentures murales… Enfin, il ne faut pas oublier dans les collections patrimoniales les spécimens naturalisés et les momies dont la peau est une composante essentielle. Bien que tous deux préparés à partir de peau animale, le cuir et le parchemin sont des matériaux très différents de par leur mode de fabrication. Il en résulte une sensibilité différente vis-à-vis de l’environnement : ils ne vont donc pas s’altérer de la même façon. Tandis que l’eau et l’humidité sont les principales causes d’altération du parchemin, induisant déformations voir dénaturation du matériau, il n’en est pas de même pour le cuir, du fait de son tannage, qui est lui particulièrement sensible aux attaques acides.


Recherches

La section cuir interagit de façon directe avec des spécialistes de la conservation et restauration de cuirs, documents graphiques ainsi que des taxidermistes et associe l’expertise de scientifiques en chimie, biologie et biochimie. Les recherches qui sont menées au sein de la section visent à améliorer la connaissance et la conservation des cuirs selon les axes suivants :
•    Identifier les méthodes de fabrication du matériau (espèce animale, type de tannage, décor…) et son état de conservation
•    Développer de nouveaux outils analytiques de caractérisation micro ou non destructifs
•    Etudier l’impact de l’environnement sur son altération afin d’optimiser les conditions environnementales de conservation
•    Développer et évaluer des méthodes de restauration
 

Projets / études de cas

Projets de recherche actuellement en cours:


L'équipe